Ci dessous ce que l'on peut lire sur le site de la ville. ( http://www.ville-hyeres.fr/eau_potable.html  ) 
Cette note, NON SIGNEE,  nous apprend que l'eau douce est coûteuse et  que 
le délégataire  a engagé un budget de 3 millions d'euros pour repousser le biseau salé......  sans donner la provenance de cette somme, ce qui laisse supposer que le délégataire prend ces travaux à sa charge. Or le délégataire a reçu de nombreuses subventions  des administrations  qui utilisent l'argent des contribuables...... 



"Eau potable 

L'alimentation en eau potable sur Hyères est assurée auprès de 25 700 foyers. Quelque 4,2 millions de m3 sont ainsi distribués chaque année par le délégataire retenu par la Ville. 
 
Afin d'assurer la ressource en eau et la distribution, chaque année d'importants investissements sont lancés. Parmi les derniers en date, on peut évoquer ceux concernant la nappe phréatique du Gapeau. Reconnue comme sensible aux infiltrations salines, cette ressource en eau douce a dû être confortée, dans un premier temps, par des achats d'eau potable. Une opération coûteuse. 
 
Aussi, une autre solution a été mise en œuvre : la réalimentation de la nappe du Gapeau par infiltration d'eau dans une zone suffisamment perméable. Un budget de 2,9 millions d'euros a été engagé par le délégataire, entre fin 2015 et début 2016, avec comme réalisations: 
 
la mise en place d'un bassin d'infilration d'1 ha près du Chemin Saint Lazare 
l'installation d'une canalisation de refoulement de 2,5 km 
l'aménagement d'une prise d'eau de 150l/s dans le Roubaud, au croisement du Chemin du Roubaud et de l'Avenue Ambroise Thomas. 
 
Ce chantier a eu pour effet de repousser le biseau salé et devrait permettre d'assurer la production d'eau pendant les 6 mois "secs", de mai à octobre."

        Nous sommes le 7 juillet 2016, après un hiver pluvieux et des graves inondations dans la commune, le biseau salé n'a pas été repoussé puisque les achats d'eau douce ont repris de plus belle depuis ces derniers jours.. 
Le système aquarenova n'a pas atteint les objectifs allégués. 
        La ville qui a  acheté  environ 330 000 m3 en 2014  a engagé le contribuable  à dépenser 3 millions d'euros (qui auraient pu financer les achats d'eau pendant de nombreuses années)  pour un projet illusoire.